Warning: include(../header.php) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory in /home/content/59/6433659/html/tech/autochrome.php on line 9

Warning: include() [function.include]: Failed opening '../header.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php5_3/lib/php') in /home/content/59/6433659/html/tech/autochrome.php on line 9

L'Autochrome

Dès l'invention de la photographie on a toujours rêvé de pouvoir fixer les couleurs. On coloriait souvent à la main les daguerréotypes puis les premières images sur papier pour leur donner plus de vie. De nombreux essais de photographie en couleurs furent tentés au 19eS mais ils s'avéraient trop compliqués pour être commercialisés. Ils servirent cependant de base aux travaux des Frères Lumière pour leur "Autochrome" qui fut le premier procédé commercialisable de photographie en couleur.

L'Autochrome des Frères Lumière est un positif direct, sur plaque de verre, de dimensions variables; il n'existe pas de négatif, ce sont des photographies uniques non reproductibles de manière directe, ancêtres de la diapositive:

« Louis Lumière était déjà le père de la plaque photographique instantanée et du Cinématographe lorsqu'il déposa fin 1903 avec son frère Auguste un brevet pour un nouveau procédé d'obtention de photographies en couleur : l'Autochrome.

Simplifiant le procédé complexe de sélection trichrome obligeant à l'emploi de trois filtres pour trois prises de vues successives tirées ensuite en positif sur des gélatines colorées qu'il fallait minutieusement superposer, l'Autochrome utilise pour filtrer la lumière un unique écran trichrome composé de millions de grains de fécule de pomme de terre teintés en trois couleurs. (Vert, rouge orangé, violet).

Ce mélange était étalé sur une plaque de verre enduite de vernis, puis recouvert d'une émulsion noir et blanc. La plaque ainsi obtenue était prête à l'emploi et son développement, identique au procédé noir et blanc de l'époque, ne nécessitait en sus qu'une inversion en positif de l'image négative impressionnée.

L'œil ne perçoit ainsi au travers de l'émulsion que les grains de fécule correspondant aux couleurs du sujet. : Les couleurs sont recomposées à partir de la juxtaposition de cette multitude de points, laquelle est le fondement du charme pictural de ces photographies.

Louis Lumière poursuivi ses recherches afin de mettre au point la complexe fabrication industrielle des plaques. Après des années d'efforts, la commercialisation de l'Autochrome commença en 1907. Ce fut un succès immédiat et durable : l'Autochrome resta sans réelle concurrence durant une trentaine d'années, jusqu'à l'apparition des procédés couleurs chimiques remplaçant sur pellicule cette fragile diapositive sur verre. »
(Définition de l'Autochrome par l'Institut Lumière à Lyon)

L'exposition (qui varie de plusieurs secondes à plusieurs minutes selon l'intensité de la lumière et la luminosité du sujet) se fait la face verre de la plaque tournée vers l'objectif. L'objectif est muni d'un écran jaune dont le rôle est de compenser l'excès d'activité des radiations violettes et bleues.

Les plaques Autochromes étaient destinées à être projetées avec une lanterne éclairée par une lampe à arc qui donnait une lumière puissante et permettait des agrandissements considérables sur écran géant ou elles pouvaient être admirées individuellement à l'aide d'un ingénieux système : le diascope, écrin de cuir ou de toile muni d'un cadre et d'un miroir. Le cadre maintient la plaque Autochrome sur un plan incliné. Lorsque celle-ci est placée sous une source lumineuse, elle se reflète sur le miroir se trouvant à l'intérieur de l'écrin. Pour une vision optimale, le miroir est protégé de la lumière ambiante par deux soufflets latéraux.

Afin de protéger la fragile émulsion de la plaque Autochrome, on y ajoutait un verre protecteur maintenu par du ruban adhésif ce qui en assurait l'étanchéité et la protégeait de la pollution de l'air et de l'humidité.

La formule de l'Autochrome a été ensuite appliquée à des pellicules en rouleaux (nitrate de cellulose) dont la sensibilité permettait en certains cas la prise de vue instantanée : le Lumicolor en 1932 et le Filmcolor en 1938.

La plaque Autochrome sera définitivement abandonnée en 1935 lorsque les laboratoires Kodak mettent au point le Kodachrome qui sera suivi des procédés de tirage sur papier, Kodacolor (1942) et Agfa-color(1943), qui mettent définitivement à portée de tous la photographie en couleur de petit format. Le Polacolor d'E.H. Land, procédé à développement instantané, apparaît en 1952. Il sera perfectionné en 1972 sous le nom de Polaroid.


Warning: include(../footer.php) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory in /home/content/59/6433659/html/tech/autochrome.php on line 35

Warning: include() [function.include]: Failed opening '../footer.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php5_3/lib/php') in /home/content/59/6433659/html/tech/autochrome.php on line 35